Fonctionnement et intérêt du système start and stop :

Les premiers véhicules de série équipés de ce système sont apparus vers 2010 pour répondre à la double problématique interdépendante de la consommation et du respect de l’environnement.

En effet, le principe consiste à couper le moteur des véhicules thermiques à chaque arrêt aux stops, feux rouges, bouchons, etc.. Le moteur redémarre dès que l’on débraye pour les boites manuelles, ou que l’on relâche le frein pour les boites automatiques.

voyant-start-and-stopLe système start and stop réduit ainsi la consommation de 10 à 15 % selon la conduite et les émissions carbone de 3 à 8 % ; l’objectif étant de ramener ces dernières sous la barre des 100 g de CO2/km en moyenne, pour répondre aux directives européennes. Intérêt supplémentaire en ville où ce système est particulièrement utile pour le confort des personnes et pour réduire la pollution sonore. Les batteries doivent ainsi disposer d’une puissance constante pour assurer des redémarrages plus fréquents tout en maintenant en fonction, moteur arrêté, tous les systèmes électroniques et électriques, dont certains sont très énergivores, climatisation, sièges chauffants, phares, système audio etc.

Il est donc nécessaire de maintenir un bon état de charge. Certaines batteries start and stop sont ainsi conçues pour se recharger au cours des décélérations grâce à un alterno-démarreur qui se place entre le moteur thermique et la boîte de vitesse. Comme son nom l’indique, ce dispositif permet également d’assister le moteur thermique aux démarrages, réduisant la consommation et soulageant l’embrayage ; technologie dite micro-hybride.

Le start and stop équipe aujourd’hui la quasi-totalité des véhicules qui sortent des chaînes.

BMS (Battery Management System) assure la gestion de la charge grâce à un ensemble de calculateurs et de capteurs, et toute l’électronique du véhicule a dû être renforcée pour supporter les variations de tensions plus fréquentes.

Il existe 2 technologies qu’il est utile de comprendre avant d’acheter une batterie de voiture.

Technologies des batteries Start & Stop :

Les batteries EFB (Enhanced Flooded Battery pour batterie humide optimisée)

Elles sont destinées aux véhicules compactes ou de gammes moyennes, équipés du système start and stop classique ; elles ne sont pas adaptées à la récupération d’énergie à la décélération.

En revanche elles peuvent convenir aux véhicules sans start and stop en remplacement des batteries classiques pour répondre à des exigences particulières comme la conduite essentiellement urbaine ou l’utilisation d’équipements nombreux. Il suffit de respecter les dimensions, polarités et caractéristiques, capacité et puissance au démarrage.

Les batteries EFB assurent 2 fois plus de cycles de charge qu’une batterie conventionnelle grâce à des séparateurs entre les plaques positives et négatives qui optimisent la circulation et l’homogéneïté de l’électrolyte liquide (eau distillée et acide sulfurique), mis en mouvement par le déplacement du véhicule. De plus, la plaque positive est recouverte de polyester pour retenir la matière active et éviter l’érosion de la masse. Le résultat est une charge plus efficace, une plus grande puissance disponible et une durée de vie doublée.

Les batteries AGM (Absorbed Glass Mat)

Beaucoup plus performantes, les batteries AGM (Absorbed Glass Mat pour absorption par buvards en fibre de verre) destinées aux véhicules équipés du start and stop plus exigeants, hauts de gamme, SUV etc, permettent la récupération d’énergie aux freinages et sont utilisées pour d’autres applications telles que le photovoltaïque. Elles peuvent remplacer avantageusement les batteries EFB, attention pas l’inverse, selon les prescriptions constructeur.

Les batteries AGM assurent 3 fois plus de cycles de charge qu’une batterie classique, grâce à des plaques de fibre de verre borosilicatés qui absorbent l’électrolyte et le fige, tout en permettant les échanges d’oxygène entre les électrodes. La batterie est étanche, donc sans entretien, et fonctionne en circuit fermé : Lors de la décharge, le plomb et l’acide sulfurique réagissent pour produire de l’eau et du sulfate de plomb, et inversement lors de la charge.

Une valve de sécurité est présente pour dégazer l’hydrogène issu de l’électrolyse de l’eau en cas de charges ou de températures excessives (Batteries VRLA, Valve Regulated Lead Acid, qui regroupent AGM et batteries au gel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu